Autour du Rallye

Une journée riche en émotions !

rag170320_erfoud_jem_050075_resize.jpg rag170320_erfoud_jem_020070_resize.jpg

La journée a été riche en émotions pour les Gazelles de l’équipage 155. « C’était une grosse journée, on avait peur qu’il y ait un problème », raconte Johanne mais à l’issue des vérifications techniques et administratives « la fébrilité est enfin retombée », se réjouit Nathalie. « Ca a été aussi une très belle journée car on a pu discuter avec les membres de l’organisation, qui sont tous adorables », se félicitent encore les participantes.


Pour arriver jusqu’aux vérifications d’Erfoud, les Canadiennes ont parcouru des milliers de kilomètres. Elles ont d’abord fait plus de six heures de vol pour rejoindre Casablanca depuis Montréal. Johanne et Nathalie ont ensuite été récupérées par leur loueur qui les a conduites jusqu’à Marrakech, où elles ont pu découvrir leur véhicule et même s’entraîner dans les dunes.


Tous les équipages ont rendez-vous mardi soir à l'hôtel Xaluca à Erfoud pour un grand briefing sportif avant le début des hostilités et le prologue mercredi !


« J’ai dû déménager pour préparer le rallye avec ma soeur »


rag170320_erfoud_jem_050059_resize.jpg rag170320_erfoud_jem_030060_resize.jpg

 

Il y a deux ans, Amal et Asma, de l'équipage 152, se sont rendu compte qu’elles avaient le même rêve : participer au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc.

 
Les deux Gazelles, originaires de Safi, au Maroc, mais désormais expatriées aux Etats-Unis pour Amal, et au Canada pour Asma, ont alors tout mis en œuvre pour relever le défi : « J’ai dû déménager au Canada pour me rapprocher de ma sœur et préparer le rallye », confie l’Américaine.

 

Elle a découvert le rallye il y a vingt ans car elle avait alors été chargée de le couvrir pour la télévision marocaine. Amal explique qu’elle a voulu participer pour le défi que représente l’aventure car « c’est aussi un moyen de dépasser nos propres limites ». « On croit en nous et on est fières de participer à cette aventure mais aussi très heureuses de retrouver le Maroc et notre famille » , raconte encore Amal, qui n’est pas venue au Maroc depuis trois ans.

 

« Je ne fais pas le rallye pour moi mais pour le drapeau marocain »

rag170320_erfoud_nic_030028_resize.jpg rag170320_erfoud_jem_010029_resize.jpg

Participer au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc relève parfois du combat. Ratiba Laaroussi, originaire de Casablanca l’a appris à ses dépens. Cette Marocaine de 52 ans raconte avoir eu beaucoup de mal à trouver des sponsors. Mais pas question d’abandonner pour autant, quitte à payer avec son propre argent.


« J’ai la rage de participer car on m’a souvent dit de laisser tomber », affirme encore Ratiba qui voulait participer au rallye après avoir vu sa sœur Karima s’épanouir sur les routes du désert et même remporter l’épreuve en 2015. Ratiba peut d’ailleurs compter sur le précieux soutien de sa famille, c’est même son fils aîné, Mehdi, qui lui a payé son stage de navigation.  « Je ne fais pas le rallye pour moi mais pour le drapeau marocain », conclut la Gazelle marocaine qui représentera l'équipage 188 avec sa coéquipière Jahwara Benani.

 

Le rallye Aïcha des Gazelles sur smartphone !

rag170318_nice_jul_040033_resize.jpg final_resize.jpg

Cette année Globbz, la plateforme sportive de référence, est partenaire du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc. Cette application gratuite, disponible sur iOS et Androïd, permet aux utilisateurs qui la téléchargent d'avoir accès aux associations, événements et rencontres sportives accessibles autour de soi grâce à un système de géolocalisation. L'utilisateur doit au préalable remplir son profil afin que les propositions répondent au mieux à ses centres d'intérêts.

 

Le Rallye, « l’occasion de réaliser un rêve » pour Maria, la Colombienne

rag170320_erfoud_nic_050020_resize.jpg rag170320_erfoud_jem_010041_resize.jpg

Même si c’est la quatrième fois qu’elle participe au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, l’excitation est toujours au rendez-vous pour Maria Victoria Giraldo. Avec la Française Caterine Keramidas, elles conduiront les quads de l’équipage 20.

 

C’est la troisième fois qu’elles prennent la route ensemble, elles se sont d’ailleurs connues grâce au rallye car Catherine était la professeure de navigation de Maria, qui a connu le rallye à l’époque où elle travaillait chez Renault. Le constructeur cherchait des Gazelles pour partir dans le désert et elle s’est alors jetée sur l’occasion. « J’adore l’aventure et faire du sport, c’était l’occasion de réaliser un rêve », explique la Colombienne.

 

En découvrant le rallye, Maria a aussi découvert le Maroc, un pays qu’elle adore désormais, surtout ses habitants : « Tout le monde est adorable, serviable et souriant ». La Gazelle colombienne est aussi tombée amoureuse des paysages marocains, très différents de sa Colombie natale où « tout est vert et très montagneux ».

 

Après un abandon en 2015 et quelques difficultés l’an dernier, Maria et Catherine espèrent ne pas connaître cette année de problèmes mécaniques mais ont leur casse à outils bien remplie au cas où…


Carrefour, je positive !

rag170318_nice_jem_060043_red.jpg rag170318_nice_jem_060045_red.jpg


L'équipe d'organisation remercie le magasin Carrefour de Nice Lingostière pour sa précieuse aide sur le village départ et son soutien logistique, qui a fait du départ de Nice du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, un véritable succès !

La benjamine de l’aventure pressée de prendre la route

rag170317_nice_jul_020101_resize.jpg rag170317_nice_jul_020098_resize.jpg


Manon Sallemand, 22 ans, est la plus jeune participante à prendre le départ cette année du Rallye Aîcha des Gazelles du Maroc.

 

Un départ motivé par la participation de sa maman, Corinne, il y a quatre ans. « Ça m’avait donné envie, déjà, à l’époque, et cette année je me suis dit que c’était le moment ou jamais de me lancer », se souvient la jeune femme, étudiante en droit des affaires.

 

Son but : « montrer que les jeunes aussi peuvent y arriver ! ». Pour se préparer, la benjamine de l’aventure, qui a l’habitude de conduire en montagne puisqu’elle est originaire de Grenoble, n’a suivi qu’un stage de conduite de deux jours. Pas de quoi l’inquiéter pour autant ! « On déjà a fait du buggy au Maroc, il ne devrait pas y avoir de problème », ajoute d’ailleurs Corinne qui se réjouit de partager l’aventure avec sa fille.

 

A quelques heures du grand départ, Manon se dit « sereine » et « fière » de participer au rallye.

 

Manon et sa maman ont désormais hâte de prendre la route !

L’édition 2018 se prépare déjà

« J’ai toujours voulu participer au Rallye Aïcha des Gazelles mais j’attendais de trouver la bonne partenaire », c’est chose faite pour Julie Blaise-Oudina, 28 ans, qui s’est officiellement inscrite ce vendredi 17 mars 2017 pour... l’édition 2018 !

Elle participera à la course avec sa grande amie Meredith, qui a « toujours voulu faire le rallye », une affaire de famille puisque son père est un ancien champion de France. En trois semaines, les deux amies, originaires de Normandie, ont créé leur association et leur logo. « On est déterminées », expliquent-elles en choeur, attirées par le caractère « amateur » de la course. Les futures Gazelles ont prévu de mettre à profit les enseignements du jour pour démarcher les sponsors et organiser des événements afin de récolter des dons. Si Meredith a déjà décroché un stage mécanique chez Jeep, Julie, surnommée Schumacher par ses amis, elle, compte sur son mari mécanicien pour lui donner des cours.

Au total, neuf équipages se sont inscrits officiellement pour 2018 et 26 autres ont procédé à une pré-inscription (qui s’ajoutent à la centaine déjà enregistrée).

Partenaires